Mobilité bancaire : mythes et réalités


Changement de banque

Les services et les coûts bancaires restent des indices qu’on ne peut pas contrôler, chaque banque fait ce qu’elle peut pour améliorer la qualité de ses services et attirer le maximum de clients, et pourtant ces derniers demeurent insatisfaits face aux efforts fournis par leur banque. L’envie de quitter sa banque pour une autre se fait sentir tout le temps, seulement, la volonté d’agir n’y est pas, notons que 3% seulement des victimes de ces désagréments se manifestent, d’où l’assertion mobilité bancaire : mythes et réalités.

Mobilité bancaire : mythes

Le changement de banque peut s’entendre par le fait qu’un client sollicite le transfert de ses opérations courantes relatives aux domiciliation, prélèvement et virements ponctuels de sa banque de départ vers sa banque d’arrivée, suite à un déménagement ou autre motivation utile.

La démarche étant un peu complexe, la mobilité bancaire : mythes peut s’expliquer dans la mesure où il réside une mauvaise volonté des banques d’accueil d’accompagner ou d’aider leurs clients à optimiser la procédure, ce qui fait que ces derniers préfèrent s’en sortir par leur propre moyen.

Aussi, les concepts de portabilité et/ou de redirection sur lesquels se fondent la mobilité bancaire : mythes, seraient certes, inimaginables, voire risqués conformément à la sécurité et aux principes clés que le secteur bancaire imposent à l’échelle internationale mais aussi coûteux, si l’on se réfère au model du Royaume Uni. Soit 1 milliard d’euros alors que l’impact sur cette mobilité n’a pas été conséquent.

Mobilité bancaire : réalités

Eh oui! Le changement, c’est maintenant, où jamais ! En effet, la mobilité bancaire : réalités, car elle est désormais encadrée par la Loi Macron entrée en vigueur depuis le 06 Février 2017. Grace à cette loi, le consommateur est dispensé de toute difficulté consistant à informer ses créanciers des mouvements récurrents liés aux prélèvements et virements engendrés par sa mutation bancaire.

Le mandat de mobilité est l’apanage de la mobilité bancaire : réalités. La nouvelle banque requiert le consentement du nouveau client en lui faisant signer expressément ledit mandat conformément aux exigences de la Fédération Bancaire Française.

A l’issue de cette étape, celle-ci prend en main la démarche via la messagerie interbancaire, dite SEPAmail qui consiste en la redirection des données utiles : prélèvements, virements et chèques impayés des 13 derniers mois, de la banque d’origine du client chez elle, banque d’accueil. Que demandez de plus!

fr ch be ca